» Serait-ce différent, si tu étais encore là ? « 

 

Je me rappelle que j’avais environ 10 ans, et que je traînais tout le temps dehors avec les autres gosses. À cette période, tout semblait si simple. On allait à l’école, on apprenait et on s’amusait.

On rentrait chez nous, on passait à la boutique  » Un Caprisone et un macatia s’ils vous plait  » puis on se rejoignait  » au carré  » pour s’amuser encore. Et quand la nuit tombait, on s’asseyait dans les escaliers et on discutait de tout, jusqu’à ce que nos parents nous appellent. Un à un, mes amis rentraient chez eux alors que leurs parents criaient leur nom de leur fenêtre. Un à un, il partait rejoindre leur famille. À ce moment, j’avais pris l’habitude de regarder les étoiles. J’avais la tête en l’air, et je les admirais, marmonnant un  » Salut!  » quand un pote de plus nous quittait. Inconsciemment, je cherchais toujours la plus grosse des étoiles, et quand je la trouvais, je ne la quittais plus des yeux.

Ton absence ne m’avait pas frappé jusqu’à ce moment-là. Je me disais  » La plus belle des étoiles, c’est toi. « 

Puis tout à coup je me demandais pourquoi est-ce qu’on ne m’appelait pas, moi.  » Personne ne se soucie de moi ? Serait-ce différent, si tu étais encore là ? « 

J’ai attendu pour voir, tout le monde était parti déjà. Moi je continuais à te parler, toi, l’étoile la plus scintillante. Je t’ai parlé longtemps, on ne m’appelait toujours pas. Je me rappelle m’être demandé  » Et si je fuguais, on remarquerait que je ne suis pas là ? « . Sur cette pensée je me suis résignée, et je suis rentrée chez moi.

 

C’est ce jour là que j’ai su qu’un sentiment de solitude resterait toujours encré en moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *